La Loutre d’Europe à la reconquête des cours d’eau du Maine-et-Loire

 

Depuis 2014, la LPO Anjou œuvre à la conservation des mammifères semi-aquatiques et plus précisément la Loutre d’Europe. Entre 2014 et 2016, les suivis étaient effectués dans le cadre du Plan Régional d’Actions en faveur de la Loutre d’Europe. Ils sont maintenant effectués dans le cadre du Plan National d’Actions en faveur de la Loutre d’Europe financé par la DREAL Pays de la Loire. Dans cette mission, la LPO se charge des suivis de la recolonisation de l'espèce, de sa prise en compte auprès des acteurs liés aux cours d'eau et de la sensibilisation du grand public. En 2020 une prospection sur le Loir et un suivi par pièges-photo sur le Layon et un de ses affluents le Lys ont été effectués dans le but d'affiner les connaissances sur la répartition de l'espèce.

Prospection sur le Loir

La présence de la Loutre d’Europe est connue sur le Loir côté Sarthe où elle est présente sur de nombreux affluents comme la Marconne ou la Maulne depuis 2013. Cette présence a été actualisée grâce à une prospection effectuée en décembre 2019 par le CPIE Sarthe sur la partie amont du Loir (côté Sarthe). Pour donner suite à celle-ci, la LPO Anjou a organisé une prospection le 20 juillet sur le Loir côté Maine-et-Loire où la loutre est connue jusqu’à Durtal depuis 2015 grâce aux suivis des bénévoles. Le Loir a été prospecté par 5 équipes réunissant au total 11 personnes dont un technicien du Conseil Départemental 49, 9 bénévoles et un salarié de la LPO Anjou. Sur une journée, 4 équipes ont navigué sur le Loir de Chalou à Briollay et une dernière équipe s’est chargée des recherches sur quelques affluents au niveau de Durtal. Ce suivi a permis de confirmer la présence de l’espèce avec 14 épreintes trouvées sur le Loir de Chalou à Montreuil-sur-Loir, ainsi que sur quelques affluents comme le ruisseau du Pont Rame (voir carte). Il pourrait y avoir plusieurs loutres présentes car des épreintes très récentes, datant de quelques jours, ont été trouvées sur le ruisseau du Pont Rame et sur le Loir au niveau de Baracé. Ces deux endroits semblent trop distants pour être parcourus en si peu de temps à pas de loutre, mais les connaissances concernant les déplacements de cette espèce sont encore très limitées. Nous remercions les participants pour leur implication et leur bonne humeur lors de cette journée et tout au long de l’année. 

Carte des résultats de la prospection sur le Loir.

Suivi par piège-photo

Cette année la LPO Anjou a pu mettre en place un suivi par piège-photo de la Loutre d’Europe. Le Layon a été choisi pour cette étude car l’espèce y était présente de Beaulieu-sur-Layon jusqu’à la confluence avec la Loire. Cependant depuis 2014, aucun indice n’a été trouvé et nous voulions voir si elle était présente de manière plus discrète sans laisser de marquage. Nous avons ciblé l’amont du cours d’eau car l’expérience angevine nous montre que la loutre colonise de préférence les têtes de bassin versant. Ce secteur est en plus voisin d’un site riche en loutre : le Thouet/Argenton.

Pour le suivi deux pièges-photo ont été posés sur le Layon au niveau de Neuil-sur-Layon chez Samuel Coulot qui fait partie du projet paysan Agro-chiro. Deux autres ont été mis sur le Lys au niveau de Montilliers chez des paysans très sensibles à la biodiversité et souhaitant adhérer au réseau Paysan de nature. Le suivi a été réalisé de mi-mai à mi-août en continu grâce aux appareils prêtés par la licence professionnelle de Lyon où étudie Alexandre Martin, apprenti à la LPO Anjou.

Sur le Lys aucune loutre n’a été repérée mais de nombreuses autres espèces ont été prises en photo, telles que des Sangliers, des Renards roux, un Chevreuil, une Buse variable, un Geai des chênes, une Chouette hulotte et bien d’autres encore. Sur le Layon de nombreux oiseaux et quelques mammifères ont été pris en photo tels que le Martin-pêcheur d’Europe, la Bergeronnette des ruisseaux, le Héron cendré, la Gallinule poule d’eau, le Chevalier culblanc et le Renard roux. Après plusieurs mois de suivi une bonne surprise apparaît au cours du mois de juillet : La Loutre d’Europe ! La présence de la Loutre d’Europe n’avait jamais été mise en évidence en amont du Layon, c’est donc une très belle découverte. Pour finir en beauté, une autre surprise est apparue sur le même site avec un animal très discret et très difficile à voir qui a pointé le bout de son nez : La Genette commune ! 

Genette commune

Loutre d'Europe

 

Loutre d'Europe

Nous espérons pouvoir organiser prochainement une prospection sur le haut Layon pour étudier l’étendue de son territoire. En 2021, nous projetons de poursuivre ces suivis naturalistes.

Rédaction : Alexandre Martin et Sylvie Desgranges

Commentaires